Stanislas Aignan Julien (Orléans, 1797 - Paris, 1873) fut l'un des plus grands sinologues français du XIXe siècle.

Après avoir avoir suivi les cours de chinois de Jean-Pierre Abel-Rémusat au Collège de France, il délaissa les études héllénistiques pour se consacrer entièrement à la connaissance de la civilisation chinoise sous ses différents aspects : linguistiques, historiques, philosophiques et religieux, culturels et même techniques. Il y réussit au point de succéder à Rémusat en 1832 à la chaire de langue et littérature chinoises et tartare-mandchoues au Collège de France, dont il deviendra également l'administrateur en 1854. Ses ouvrages consacrés au mandarin connurent un franc succès, en particulier sa Syntaxe nouvelle.

D'abord sous-bibliothécaire à l'Institut, il occupa à partir de 1839 les fonctions de conservateur-adjoint en charge des manuscrits chinois à la Bibliothèque royale (actuelle BnF). Il signa en 1842 une édition bilingue du Livre de la voie et de la vertu de Laozi, l'oeuvre fondatrice du taoïsme. Cette traduction fit longtemps autorité et connut encore des rééditions tout au long du XXe siècle. Sa connaissance du sanscrit fut mise à profit dans la transcription des noms indiens en chinois et plus généralement dans l'étude des voyages en Inde des premiers bouddhistes chinois, parmi lesquels le célèbre moine Hiouen-Thsang [Xuan Zang, à l'origine du conte fantastique Le Roi des singes].

Stanislas-Julien-industriesIndustries anciennes et modernes de l'empire chinois (1869), pl. XII


Dans son érudition, il ne méprise aucunement les oeuvres de fiction - contes ou romans, qu'il est parfois le premier à traduire en français. Son intérêt pour les grandes découvertes chinoises l'incite à publier des traités sur la fabrication de la soie, de la porcelaine, ou bien sur l'imprimerie. Cette riche  documentation fut rapidement traduite dans les principales langues européennes. Stanislas Julien collabora régulièrement au Journal asiatique. Polémiste virulent, il se livra à une retentissante querelle avec Joseph Toussaint Reinaud, au sein de l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres qu'il rejoignit dès 1833, au sujet de la transcription en chinois des toponymes indiens. De très vifs échanges l'opposèrent également avec Guillaume Pauthier, élève comme lui de Rémusat, dont les deux hommes se disputaient l'héritage savant.

Parfaitement accessible et d'une étonnante diversité, son oeuvre contribua d'une manière prépondérante à la compréhension du monde chinois par les Européens. Pour les lecteurs d'aujourd'hui, la plupart de ses publications conservent un intérêt presque intact. Chaque année, l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres décerne le Prix Stanislas Julien pour la publication d'un ouvrage sinologique de première importance.
 

Traductions de traités philosophiques

《孟子》Meng Tseu, vel Mencium, inter Sinenses philosophos ingenio, doctrina, nominisque claritate Confucio proximum, edidit, latina interpretatione et perpetuo commentario (deux volumes, 1828)

太上感应篇》Thaï-chang. Le livre des récompenses et des peines, en français, accompagné de quatre cents légendes (1835)

《老子道德经》Le Livre de la voie et de la vertu, composé dans le VIe siècle avant l'ère chrétienne, par le philosophe Lao-Tseu, traduit en français et publié avec le texte chinois et un commentaire perpétuel (1842)
L'exemplaire d'Ernest Renan : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55987633

Traductions d'ouvrages poétiques ou de fiction

灰阑纪》Hoeï-lan-ki, ou l'Histoire du cercle de craie, drame en prose et en vers (1832)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5700987q

《白蛇精记》Blanche et Bleue, ou les deux couleuvres fées, roman chinois (1834)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5415978v

《赵氏孤儿记》Tchao-chikou-eul, ou l'Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (1834)

Les Avadânas, contes et apologues indiens inconnus jusqu'à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises (trois tomes, 1859)
Tome 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5414650f
Tome 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54146706

Contes et apologues indiens inconnus jusqu'à ce jour (deux volumes, 1860)

《平山冷燕》P'ing-chan-ling-yen. Les Deux Jeunes Filles lettrées, roman chinois (deux volumes, 1860)
Tome 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5415205j
Tome 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5421233w

Nouvelles chinoises : la Mort de Tong-Tcho ; le Portrait de famille ou la peinture mystérieuse ; les Deux frères de sexe différent (1860)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54146617

《玉娇梨》Yu kiao li. Les deux cousines
(deux volumes, 1864)
 
《西厢记》Si-siang-ki ou L'histoire du pavillon d'Occident, comédie en seize actes, traduite du chinois par Stanislas Julien, avec des notes explicatives et le texte en regard des vers (1872-1880)

Manuels pour l'étude et l'apprentissage du chinois, études lexicographiques

Exercices pratiques d'analyse, de syntaxe et de lexicographie chinoise (1842)
Exemplaire BnF 8-X-2890 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61324023
Exemplaire BnF X-16601 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54418449

Concordance sino-sanskrite de titres d'ouvrages bouddhiques dans un catalogue chinois de 1306 (1849)

Méthode pour déchiffrer et transcrire les noms sanscrits qui se rencontrent dans les livres chinois, à l'aide de règles, d'exercices et d'un répertoire de onze cents caractères chinois idéographiques employés alphabétiquement, inventée et démontrée par M. Stanislas Julien (1861)

Appendice à l'ouvrage intitulé : "Méthode pour déchiffrer et transcrire les mots sanscrits qui se rencontrent dans les livres chinois", etc., inventée et démontrée par M. Stanislas Julien,... (1861)

"Si-tch'ang-k'eou-t'eou-hoa". Dialogues chinois, à l'usage de l'École spéciale des langues orientales vivantes, publiés avec une traduction et un vocabulaire
chinois-français de tous les mots, par M. Stanislas Julien,... 1re partie, texte chinois (1863)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6250192n

《千字文》Thsien-tseu-wen. Le Livre des mille mots, le plus ancien livre élémentaire des chinois publié avec une double traduction et des notes (1864)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6251462v

《汉语文法》 Syntaxe nouvelle de la langue chinoise, fondée sur la position des mots, suivie de deux traités sur les particules et les principaux termes de grammaire, d'une table des idiotismes, de fables, de légendes et d'apologues, traduits mot à mot par M. Stanislas Julien (1869)

Syntaxe nouvelle de la langue chinoise, confirmée par l'analyse d'un texte ancien, suivie d'un petit dictionnaire du roman des deux cousines et de dialogues dramatiques (deux volumes, 1869-1870)

《三字经》San-tseu-king, Le livre de phrases de trois mots en chinois et en français, Genève, H. Georg, libraire éditeur (1873)

Traités sur les voyages et la toponymie

Notices sur les pays et les peuples étrangers, tirées des géographes et des historiens chinois (1846)

《大唐西域記》Voyages des pèlerins bouddhistes. I. Histoire de la vie de Hiouen-Thsang et de ses voyages dans l'Inde, depuis l'an 629 jusqu'en 645, par Hoeï-Li et Yen-Thsang (1853)

Voyages des pèlerins bouddhistes. II et III. Mémoires sur les contrées occidentales, traduits du sanscrit en chinois par Hiouen-Thsang, en l'an 648 (deux volumes, 1857-1858)

Documents historiques sur les Tou-kioue (Turcs) (1864)

Traités techniques

《桑蚕记要》Résumé des principaux traités chinois sur la culture des mûriers et l'éducation des vers à soie (1837)

Détails sur l'éducation des vers à soie dans le nord de la Chine (province du Hon-Pé) traduits du chinois... par Stanislas Julien,... (1842)

Documents sur l'art d'imprimer à l'aide de planches de bois, de planches de pierre et de types mobiles, inventé en Chine, bien longtemps avant que l'Europe en fît usage ; extraits des livres chinois par M. Stanislas Julien,... (1847)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5414635r

《景德镇陶录》Histoire et fabrication de la porcelaine chinoise (1856)

《中华帝国的古今工业》Industries anciennes et modernes de l'empire chinois, d'après des notices traduites du chinois par M. Stanislas Julien, et accompagnées de notices industrielles et scientifiques par M. Paul Champion (1869)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54152133

Textes de controverse

Examen critique de quelques pages de chinois relatives à l'Inde, traduites par M. G. Pauthier, accompagné de discussions grammaticales sur certaines règles de position qui, en chinois, jouent le même rôle que les inflexions dans les autres langues, par M. Stanislas Julien (1841)

Simple exposé d'un fait honorable odieusement dénaturé dans un libelle récent de M. Pauthier / par Stanislas Julien,... (1842)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54151998

"Vindiciae sinicae". Dernière réponse à M. Stanislas Julien, suivie d'un parallèle de sa nouvelle traduction de Lao-Tseu avec une traduction précédente,
par G. Pauthier
(1842)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5435937g

Réponse mesurée de M. Stanislas Julien à un libelle injurieux de M. Reinaud,... Paris, 5 février 1859
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56174891

"Vindiciae sinicae novae". N° 1, J.-P.-Abel Rémusat, premier professeur de langue et de littérature chinoises et de tartare-mandchou au Collège de France, défendu contre les imputations mensongères de M. Stanislas Julien, son élève et son successeur dans sa chaire de chinois audit collège, etc., par G. Pauthier, ancien élève de M. Rémusat (1872)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3745901